Création de l’Athénée Emile Pouget

Nous vous faisons part de la création, à Rodez, de l’Athénée Emile Pouget qui « est une association loi 1901 qui se donne pour objectif de diffuser la pensée critique et scientifique, de développer l’activité culturelle locale et de porter une réflexion sur la démocratie directe. »
Un texte de présentation est disponible sur la page Facebook de l’association.

Posted in Actualité locale | Tagged , | Leave a comment

Collecte de livres pour la Cité des Lettres et du Cinéma

La Cité des Lettres et du Cinéma[1], association kabyle située à Tazmalt en Algérie, est à la recherche d’ouvrages militants, scientifiques, sur l’anarchisme et le syndicalisme afin de créer une bibliothèque associative[2]. Si vous avez des ouvrages à donner, n’hésitez pas à nous contacter via mail ou sur Facebook. Nous pourrons les céder en main propre à un des membres de l’association présent en Aveyron.

[1] https://www.facebook.com/La-Cit%C3%A9-des-Lettres-et-du-Cin%C3%A9ma-CLC-479921562098987/

[2] https://www.leetchi.com/fr/Cagnotte/45978884/d20e1cb4

Posted in Actualité locale, Médiathèque | Tagged | Leave a comment

Hypocrisie participative

Cet article est issu du tout premier numéro du Réfractaire de Décembre 2014.

« Démocratie participative ». Voilà une idée pleine de promesses. Ça sonne presque comme « démocratie directe » mais en plus soft. Et bien figurez vous qu’il s’agit du nouveau dada de la mairie de Rodez. Cette dernière entend se « démocratiser » un peu plus à travers des comités de quartiers, un conseil des jeunes, un conseil des aînés et un conseil municipal des enfants qui formeront les quatre « commissions extra municipales consultatives » d’après la maigre documentation disponible dans le hall de la mairie. Alors qu’est-ce que tout ça veut dire? Non, Teyssèdre et son équipe municipale ne tentent pas d’instaurer le socialisme ou le communisme de conseil. La classe politique locale au pouvoir essaye juste de nous dire qu’elle va feindre de porter une quelconque attention aux revendications de ses administrés. On aura désormais un violon dans lequel pisser.
Dans une interview donnée au journal Le Ruthénois, Monique Bultel-Hermet, la « Madame démocratie participative à la mairie de Rodez », nous explique le rôle consultatif des comités de quartiers. « Ils seront consultés pour les grands projets à l’échelle de la ville. Ils émettront un avis. Puis, au niveau du quartier proprement dit, ils auront le pouvoir d’impulser et de contribuer à la réalisation de petits équipements sportifs, ludiques et d’embellissement. » Quelle belle façon de dire qu’ils n’ont strictement aucun pouvoir décisionnel… Non seulement leur domaine de compétence est très réduit, mais on ne leur laisse que la possibilité d’émettre « un avis ». C’est ça la démocratie? Non. La démocratie, si elle doit exister, est nécessairement directe, sans quoi on remplace le gouvernement du peuple par le gouvernement des représentants du peuple, de la classe politique.
Les comités de quartiers ne doivent pas être de bêtes outils consultatifs d’une autorité supérieure, ils doivent être souverains. Seuls les habitants d’un quartiers ou d’une commune devraient décider de la vie du quartier ou de la commune. Et il conviendrait d’étendre l’idée à la totalité de la sphère sociale, et donc à nos lieux de travail en remplaçant les patrons et autres hiérarchies parasitaires par des conseils de travailleurs. Ainsi nous pourrons effectivement prendre nos vies en main et nous débarrasser des politicards de tous bords. Voilà la démocratie.

Posted in Actualité locale, Tribune libre | Tagged , | Leave a comment

Gilets Jaunes: Crise de la représentation

L’idée d’être représentés par des porte-paroles ne semble pas faire l’unanimité au sein des gilets jaunes (GJ). Benjamin Cauchy[1] et Jacline Mouraud[2] se sont inclinés face aux menaces de mort[3] reçues de la part de GJ qui refusent d’être représentés ou qui ne reconnaissent aucune légitimité aux porte-paroles mis en avant par les médias. Le refus de la représentation est une position tout à fait cohérente avec la forme d’organisation autogestionnaire adoptée par les GJ depuis le début du mouvement, mais elle implique une communication et une négociation difficile avec le pouvoir. Si les partis et syndicats peuvent profiter de leur structure hiérarchisée pour avancer des revendications précises et présenter des interlocuteurs au gouvernement, il est plus difficile de négocier face à une masse hétérogène, sans porte-parole officiel et avec des revendications extrêmement variées, parfois contradictoires, parfois fantasques.

La démocratie représentative en question

Il est propre à la démocratie représentative de générer une rupture entre gouvernants et gouvernés. Si les citoyens peuvent élire des représentants pour assurer théoriquement leur souveraineté, ils n’en sont pas moins dépourvus de souveraineté effective car ces représentants exercent le pouvoir politique à leur place et de manière totalement indépendante. Ils constituent une classe dirigeante à part entière : la classe politique. Le mandat représentatif, qui s’oppose au mandat impératif, assure au mandaté d’exercer sa fonction jusqu’à son terme et ce qu’il respecte ou non ses engagements envers les mandants. Il y a donc une contradiction fondamentale entre l’idée de démocratie et de représentation. Cette contradiction s’explique historiquement par l’origine même du système représentatif. Comme l’explique Bernard Manin dans Principes du gouvernement représentatif, « les démocraties contemporaines sont issues d’une forme de gouvernement que ses fondateurs opposaient à la démocratie » puisqu’elles aspiraient à réserver l’exercice du pouvoir à l’aristocratie, jugée seule capable de raison et de faire des choix éclairés, le peuple étant lui trop inculte et gouverné par ses passions. Pour James Madison le but du système représentatif est « d’épurer et d’élargir l’esprit public en le faisant passer par un corps choisi de citoyens dont la sagesse est le mieux à même de discerner le véritable intérêt du pays ».

Certaines revendications des GJ[4] soulignent fortement l’idée que les représentants du peuple ne le représentent pas assez fidèlement. Le retour à un mandat présidentiel de 7 ans a pour objectif « d’envoyer un signal positif ou négatif au président de la République concernant sa politique » à travers « l‘élection des députés deux ans après l’élection du président de la République[…] Cela participait donc à faire entendre la voix du peuple ». L’idée de rémunérer les représentants élus au salaire médian peut à la fois être compris comme une volonté symbolique d’avoir des représentants du peuple à l’image du peuple, mais aussi d’éloigner de la politique celles et ceux qui ne s’intéressent qu’au pouvoir et à l’argent.

Cette crise est-elle à craindre ou à exploiter ?

Face à une telle défiance vis-à-vis de la représentation politique, tout le monde n’apporte pas les mêmes réponses. D’un côté les partisans de la démocratie directe souhaitent révolutionner l’organisation sociale et politique afin d’assurer une souveraineté effective du peuple. A l’opposé, les populistes avancent l’idée qu’une personne providentielle pourrait, mieux que les autres, représenter la volonté du peuple et servir ses intérêts[5] sans avoir à assurer d’avantage de souveraineté effective du peuple.

Ces deux tendances se retrouvent également au sein des GJ. A travers les slogans les appels à la révolution et à la démissions de Macron se côtoient de manière confuse. Quand certains en appellent à la nomination d’individus en qui ils reconnaissent une forte autorité et répondent à la question dans une optique populiste, comme le fait le porte-parole des GJ du Vaucluse Christophe Chalençon[6] (dont la légitimité est tout aussi controversée[7] que celle de ses deux pairs cités en début d’article) d’autres invitent les GJ à adopter un fonctionnement démocratique à travers la constitution d’assemblée populaire, comme à Commercy. Même si une prise de position aussi claire pour la démocratie directe est marginale, elle n’en traduit pas moins la façon dont ont fonctionné les GJ depuis le début du mouvement: de manière auto-organisée, sans représentants ni chefs.

Appel des Gilets Jaunes de Commercy pour la démocratie directe

C’est sur ce terreau fertile que peuvent à la fois pousser les mauvaises herbes populistes et les idées révolutionnaires. S’il faut nécessairement éviter les travers de l’angélisme, qui prête à toute révolte auto-organisée une aspiration révolutionnaire, et les jugements à l’emporte-pièce, qui disqualifient tout mouvement populaire dans laquelle sont présents quelques éléments populistes, il faut également tenter de voir en quoi ces formes « nouvelles » d’organisation et d’action correspondent à nos aspirations à la démocratie directe et en quoi elles peuvent s’en éloigner afin d’apporter des réponses politiques concrètes et pertinentes, de mettre des mots sur les maux. Une partie du mouvement des GJ adopte de fait des préoccupations (remise en cause de la représentation politique) et des pratiques (autogestion, action directe) inconsciemment anarchisantes. Il est nécessaire de travailler à rendre cette adhésion consciente et active au risque de voir le populisme remporter définitivement la bataille, faute d’alternative révolutionnaire.

[1] https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/haute-garonne/toulouse/toulouse-qui-est-vraiment-porte-parole-gilets-jaunes-benjamin-cauchy-1578957.html

[2] https://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/morbihan/gilets-jaunes-qui-est-vraiment-jacline-bretonne-qui-commence-presque-1575882.html

[3] https://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/menaces-de-mort-plusieurs-porte-paroles-des-gilets-jaunes-renoncent-a-rencontrer-edouard-philippe-1122430.html

[4] https://www.nouvelobs.com/politique/20181129.OBS6307/gilets-jaunes-on-a-decortique-chacune-des-42-revendications-du-mouvement.html

[5] Cette différence entre populisme et aspirations révolutionnaires est déjà traité ici : https://refractairejournal.noblogs.org/post/2016/12/08/trump-et-les-autres/

[6] https://www.europe1.fr/societe/un-porte-parole-des-gilets-jaunes-reclame-la-demission-du-gouvernement-et-la-nomination-du-general-de-villiers-comme-premier-ministre-3812579

[7] https://www.lci.fr/social/christophe-chalencon-j-ai-recu-des-menaces-de-mort-de-la-part-des-gilets-jaunes-je-les-comprends-2106344.html

Posted in General | Tagged , , | Leave a comment

Merci Soulages

Dimanche 4 novembre je m’empressais d’aller voir l’exposition temporaire du musée Fenaille qui portait sur l’île de Pâques. C’était ma dernière chance avant qu’elle ne déménage et ça tombait plutôt bien puisqu’on était le 1er dimanche du mois, ce qui est traditionnellement synonyme de gratuité des musées.
Quelle ne fût pas ma surprise lorsque l’hôtesse qui m’accueille me demande 11€ pour voir l’exposition. Devant ma mine déconfite elle m’explique que la suppression de la gratuité des musées est la conséquence de l’ouverture du musée Soulages. Elle croit également bon d’insister sur le fait que mon billet me permet également d’aller visiter ce dernier. Je pars donc découvrir mon exposition, plus léger de 11€ mais lourd de contrariété. Rien à dire, l’expo est intéressante et plutôt bien fournie. J’apprends plein de choses et mon amertume s’estompe un peu.

Cependant, cette histoire de gratuité disparue me tracasse. Le musée Soulages est le troisième et dernier musée en date de Rodez avec les musées Fenaille (archéologie, art, histoire du Rouergue) et Denys Puech (beaux-arts). On aurait légitimement pu penser que, malgré le fait qu’il abrite un art inaccessible à la majorité des individus, cette dépense de 25 millions d’euros allait améliorer l’accès à la culture des ruthénois. Et bien c’est tout le contraire qui se produit.  Au lieu de payer sa visite de l’exposition permanente des musées et d’aller occasionnellement découvrir gratuitement les expositions temporaires chaque 1er dimanche du mois, nous voilà contraints de dépenser 11€ à chaque fois que quelque chose de nouveau arrive sur Rodez. Ce qui est d’autant plus triste que la visite du musée Denys Puech n’est presque justifiée que par ses expositions temporaires tant on a rapidement fait le tour de son exposition permanente.

La culture à Rodez n’est plus pour toutes les bourses.

Posted in Actualité locale, Tribune libre | Tagged , , , | Leave a comment

Quelle liberté pour l’anarchie?

Dans son discours[1] prononcé à l’Athénée royal de Paris en 1819, Benjamin Constant établit une distinction entre deux conceptions de la liberté. La liberté des anciens et la liberté des modernes.

La liberté des anciens, ou liberté politique, consiste « à exercer collectivement, mais directement, plusieurs parties de la souveraineté toute entière ». Nous sommes libres dès lors qu’on participe aux affaires publiques, qu’on participe à établir les lois auxquelles nous devons obéir. L’individu est gratifié par l’exercice politique car il vit dans une cité dont la taille restreinte lui permet de peser politiquement et d’être reconnu: « Chacun sentant avec orgueil tout ce que valait son suffrage, trouvait dans cette conscience de son importance personnelle, un ample dédommagement » aux sacrifices faits pour préserver leurs droits politiques.
Cette conception de la liberté aboutit cependant à une prééminence de la société sur l’individu: « en même temps que c’était là ce que les anciens nommaient liberté, ils admettaient comme compatible avec cette liberté collective l’assujettissement complet de l’individu à l’autorité de l’ensemble. »
Constant évoque les travers des sociétés anciennes dans lesquelles aucune indépendance n’est laissée à l’individu: « Terpandre ne peut chez les Spartiates ajouter une corde à sa lyre sans que les éphores[2] ne s’offensent. Dans les relations les plus domestiques, l’autorité intervient encore. Le jeune Lacédémonien[3] ne peut visiter librement sa nouvelle épouse. A Rome, les censeurs portent un œil scrutateur à l’intérieur des familles. Les lois règlent les mœurs, et comme les mœurs tiennent à tout, il n’y a rien que les lois ne règlent. »
Cette liberté a pour conséquence contradictoire d’accorder aux individus la souveraineté politique et d’en faire parallèlement des « esclaves dans tous les rapports privés. » Les droits individuels n’existent pas et l’individu est englouti par la société, il s’y soumet totalement.
Parmi les cités grecques antiques, la plus moderne (dans sa conception de la liberté) serait Athènes dont les citoyens jouissaient d’une relative liberté personnelle par rapport aux autres cités.

La liberté des modernes, ou liberté morale, consiste en la sécurité de la jouissance privée à travers des droits individuels tels que la liberté d’opinion, de culte et la propriété privée. Elle marque une indépendance vis à vis du corps social et la prééminence du droit de l’individu sur celui ci. Mais cette liberté éloigne l’individu des considérations politiques qui s’en remet à un système représentatif sur lequel il n’a que peu d’emprise et ne cherche aucune satisfaction liée à l’exercice de la chose politique car déjà occupé et satisfait par la jouissance de sa sphère privée. De plus l’individu moderne vit dans une société qui n’est pas à la même échelle que les cités grecques antiques, il est noyé dans la masse et la gratification tirée de la reconnaissance liée à l’exercice de la choses politique est largement diminuée: « Perdu dans la multitude, l’individu n’aperçoit presque jamais l’influence qu’il exerce. »
L’individu voit son droit politique réduit au « droit, pour chacun, d’influer sur l’administration du Gouvernement, soit par la nomination de tous ou certains fonctionnaires, soit par des représentations, des pétitions, des demandes, que l’autorité est plus ou moins obligée de prendre en considération.

Les différentes expériences socialistes du XXe siècle nous ont montré que la prise de pouvoir, par un parti ou quelque individu, au nom du peuple cumulaient les effets néfastes de ces deux définitions de la liberté. Non seulement les sociétés socialistes autoritaires ne laissent aucune place aux libertés individuelles, à l’image de la Russie bolchévique sous Lénine puis Staline, mais le pouvoir n’est pas exercé collectivement, il est confisqué par un parti ou des individus qui prétendent être les représentants de la volonté populaire. Pour reprendre l’exemple russe, on peut légitimement voir dans l’apparition des soviets une aspiration à l’exercice collectif de la politique, et dans leur mise sous tutelle par le parti bolchévique une confiscation de la souveraineté politique. Alors que le socialisme est censé être synonyme d’émancipation, les individus vivant dans une telle société ne peuvent prétendre jouir ni de la liberté politique ni de libertés privées.

Aussi, entant qu’anarchistes, gardons nous de faire l’impasse sur cette question et essayons de déterminer quelle liberté nous voulons. La réponse déterminera à quel type d’organisation politique nous devrons aspirer.

Quelles sont les limites de la compétence de la collectivité? Doit-on tout décider de manière collective? Doit-on nous même, sous prétexte d’autogestion, légiférer sur tout ce qui peut se prêter au vote? Allons-nous tous, indépendamment de nos compétences, décider de la politique ferroviaire fédérale, par exemple, dans le cadre d’une société fédéraliste libertaire? Même en diminuant le temps de travail, aurons-nous seulement le temps de légiférer sur toutes ces choses? Allons-nous être obligés de sacrifier nos libertés privée pour me besoin de la politique? Si les athéniens pouvait occuper leurs journées à la politique c’est parce qu’ils se reposaient sur une masse considérable d’esclaves qui travaillent à leur place, ce qui ne semble pas être une option souhaitable dans une société anarchiste. Avons-nous les compétences pour légiférer sur tout? Si les savants et philosophes antiques pouvaient prétendre à un savoir encyclopédique, l’étendue de nos connaissances rend de telles prétentions fantasques de nos jours.

Le projet fédéraliste libertaire devra nécessairement poser les limites de la légifération collective car nous n’avons ni le temps ni les compétences pour prétendre décider de tout. Il n’est pas souhaitable que l’évaluation des compétences médicales d’un médecin soit soumise au jugement d’une assemblée composée de profanes. Il s’agit de trouver un équilibre entre liberté politique entant que pratique collective, et délégation, représentation (sous couvert de mandat impératif). Il s’agit aussi de déterminer l’échelle à laquelle nous pratiquons collectivement la politique afin qu’elle reste gratifiante et qu’elle permette une reconnaissance de l’individu, de son poids politique afin qu’il se dirige de lui-même vers la pratique politique. Il convient également de trouver l’équilibre entre gratification liée à l’exercice politique et jouissance dans la sphère privée. Une fois que nous aurons entrepris de répondre à ces questions, nous pourrons prétendre au pragmatisme.

[1] De la liberté des anciens comparée à celle des modernes – Benjamin Constant, 1819

[2] Les éphores sont les cinq magistrats spartiates élus par le peuple et qui composent le gouvernement.

[3] Spartiate.

Posted in Tribune libre | Tagged , , | 1 Comment

Le milieu associatif et le PIR

Suite au succès du film 120 battements par minutes, l’association de lutte contre le sida Act Up mise en lumière dans le film a vu le nombre de ses membres augmenter très rapidement. Mais la notoriété attire toute sorte d’individus, y compris certaines espèces d’idéologues en quête de plateformes pour diffuser leurs idées. C’est de ce genre de manœuvres dont s’est plaint Rémy Hamai en avril dernier suite à sa démission du poste de président de l’association. On pouvait le lire dénoncer « l' »entrisme » de quelques militants politiques, venus notamment du Parti des Indigènes de la République »[1] et s’inquiéter de voir la même chose se produire « dans d’autres associations, dans d’autres collectifs, ou d’autres syndicats… […]Des associations féministes, notamment. »

L’entrée de militants et militantes du PIR dans des associations LGBT et féministes est d’autant plus troublant que, non contents de remettre au goût du jour la théorie des races et le relativisme culturel, leur parti est connu pour les sorties homophobes[2] et anti-féministes[3] de sa porte parole, Houria Bouteldja.

Un peu plus de 5 mois plus tard il semblerait que les allégations de Rémy Hamai se vérifient en partie avec la dernière sortie du Planning Familial 13 sur Facebook:

Outre le barbarisme que constitue la traduction littérale de « empower », nous découvrons que la modestie, qui se manifeste à travers le port du voile pour « certaines femmes » et donc le fait de se cacher du regard des autres, serait une vertu féministe qui aiderait la femme à s’émanciper.
Mais cette image d’une femme noire voilée qui s’émancipe en cachant ses cheveux est accolée à l’image d’une femme blanche qui s’émancipe en se montrant nue. La possibilité de montrer son corps est mise au même niveau que la nécessité de le cacher. Voilà la conception de la liberté et du féminisme du Planning Familial 13.

Le relativisme culturel et le rejet de l’universalisme ne sont pas l’apanage du PIR mais ces derniers en sont probablement les représentants les plus zélés, surtout lorsqu’il s’agit de prendre position en faveur de l’islamisme et du patriarcat « indigène ».
Espérons que l’avertissement de Rémy Hamai soit entendu et entraine une réelle prise de conscience dans le milieu associatif.

[1] https://www.lexpress.fr/actualite/crise-a-act-up-on-se-faisait-traiter-de-racistes_1997356.html

[2] https://bibliobs.nouvelobs.com/idees/20160613.OBS2489/l-homophobie-est-elle-une-resistance-farouche-a-l-imperialisme-occidental.html

[3] https://blogs.mediapart.fr/melusine-2/blog/200616/bouteldja-ses-soeurs-et-nous

Posted in General | Tagged , , | 2 Comments

Quand Rodez jugeait les communards

Vous connaissez probablement l’histoire de la Commune de Paris. Le 18 mars 1871 la population parisienne prend les armes contre le gouvernement versaillais et instaure une république qui adopte des pratiques proches de l’autogestion et de la démocratie directe. Mais cet élan révolutionnaire ne se limite pas à Paris et très vite d’autres villes s’embrasent comme Marseille, Lyon, Saint-Étienne, Toulouse, Le Creusot, Limoges et Narbonne. A Narbonne justement, on apprend que Paris se soulève. Le 24 mars, le commandant de la Garde nationale est finalement autorisé à distribuer une certaine quantité de fusils à ses hommes. La distribution dégénère. Toute la garde nationale se présente, ainsi que d’autres citoyens. Le peuple en armes, sur la place de l’Hôtel de ville, scande : « La Commune ! La Commune ! » L’Hôtel de ville est envahi. C’est Émile Digeon, républicain « intransigeant » du Club de la Révolution, qui monte au balcon de l’Hôtel de ville et proclame la « constitution de la Commune centrale de l’arrondissement de Narbonne, avec union à celle de Paris ». Il en sera le « chef provisoire ». Mais la Commune narbonnaise est défaite le lendemain par le gouvernement de Thiers. Le procès des 44 civils interpellés se fera en novembre 1871 à… Rodez. Ce procès marquera très fortement Émile Pouget, anarchiste et syndicaliste originaire de Pont-de-Salars alors âgé de 11 ans. Après cette expérience, Digeon deviendra anarchiste, ce dont se félicite Louise Michel: « Brave Digeon ! Il avait vu tant de choses qu’au retour de Calédonie nous l’avons retrouvé anarchiste, de révolutionnaire autoritaire qu’il avait été, sa grande intégrité lui montrant le pouvoir comme la source de tous les crimes entassés contre les peuples. »

Extrait du Réfractaire n°5 de Janvier 2016

Posted in Tribune libre | Tagged , , | Leave a comment

Aveyron: Camping anarchiste

Posted in Actualité locale | Tagged , | Leave a comment

Que vois-je?

Lors de la manifestation de syndicats, organisations et partis de gauche du 26 mai à Paris, certaines personnes se sont indignées devant un photomontage représentant Emmanuel Macron en uniforme nazi. D’autant plus que beaucoup ont cru y voir un drapeau israélien.

L’objet de la discorde

Sur les réseaux sociaux les réactions ne se sont pas faites attendre. La page facebook Jewpop déplore un « point Godwin rapidement atteint avec Macron caricaturé en uniforme nazi, brassard israélien au bras »[1] et celle de Conspiracy Watch fait remarquer que « les concepteurs de cette pancarte ont discrètement orné la manche droite de l’uniforme d’un… drapeau israélien. »[2] Ces derniers ont depuis revu leur jugement suite à de nombreux commentaires qui signalaient l’existence d’un insigne nazi similaire à ce qui apparait sur la caricature.[3]

L’insigne de destruction de blindés, ou Panzervernichtungsabzeichen

Pourtant, nombreux sont ceux qui ont cru reconnaitre le bleu du drapeau israélien sur l’épaule du costume nazi. Et pour cause, les images que nous percevons ne sont pas le reflet exact de ce que nous transmettent nos yeux, elles sont interprétées par notre cerveau qui s’efforce de rendre l’image conforme à ce que nous connaissons. C’est ce phénomène qui est à l’origine de nombreuses illusions d’optique.

Ici les cases A et B sont bien de la même couleur mais notre cerveau nous construit une image dans laquelle la case B est plus claire car elle se situe dans ce que nous interprétons comme une zone d’ombre qui est censée assombrir les couleurs.

Dans le cas de notre caricature, le logo de l’insigne allemand est presque inconnu du grand public alors que celui du drapeau israélien nous est généralement très familier. Aussi nous connaissons un contexte de regain de l’antisémitisme. C’est peut-être pourquoi nous sommes nombreux à avoir été trompés par notre cerveau lorsqu’il a interprété l’image avec ce qu’il connaissait et nous a fait croire que la caricature comportait une référence à Israël, quoi que la comparaison entre le gouvernement Macron et le régime nazi soit déjà suffisamment déplacé et outrancier en soi.

De manière plus générale, il apparait que notre perception de la réalité puisse être biaisée en ce qui concerne nos perceptions, ce que nous pouvons tous expérimenter à travers les illusions d’optique, mais aussi dans nos raisonnements qui sont sujets à des biais cognitifs qui altèrent notre jugement.[4] Comment tempérer ces erreurs naturelles si ce n’est en généralisant la compréhension de ces mécanismes? La compréhension du monde dans lequel nous vivons ne peut se faire sans une tentative d’évaluation de la fiabilité des outils qui nous servent à l’appréhender, et cela s’applique également à la politique. Comment prendre « librement » des décisions, en pleine connaissance de cause, et comment pratiquer l’exercice démocratique si nous n’avons pas les moyens de discerner le vrai du faux? Que l’on soit un démocrate libéral partisan de la démocratie représentative et parlementaire ou un libertaire désireux de voir naitre une société basée sur la démocratie directe, c’est le soucis de véracité et la connaissance de nos propres biais qui garantit que chacun puisse exprimer une opinion conforme à ses intérêts. Et c’est précisément dans ce sens que doit aller l’anarchisme s’il prétend être une doctrine émancipatrice, en portant au cœur de ses valeurs morales le soucis de véracité et en participant concrètement et activement à cette généralisation de la compréhension de nos propres biais.

 

[1] https://www.facebook.com/jewpop/photos/a.258584703457.139099.178863993457/10155775177293458/?type=3&theater&ifg=1

[2] https://www.facebook.com/ConspiracyWatchFR/posts/10160562313105096

[3] https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Insigne_de_destruction_de_blind%C3%A9s

[4] Voir le cas très intéressant de la loi de Bayes: https://www.youtube.com/watch?v=3FOrWMDL8CY&list=PLuL1TsvlrSnckd9PLK7dMcbBf4YiHI_l5&index=3

Posted in General, Tribune libre | Tagged , , , | Leave a comment